janvier 2017

Qu’est-ce que la sophrologie ? Il s’agit d’une discipline visant à améliorer la qualité de vie, en se basant sur différentes disciplines occidentales reconnues par le corps médical et sur des techniques venues d’Orient (telles que le yoga et le Zen Japonais). La sophrologie a été crée par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo dans les années 60. La sophrologie est une méthode psychocorporelle visant à harmoniser le corps et le mental. Elle utilise des exercices musculaires doux associés à une respiration contrôlée et des relaxations statiques durant lesquelles le/la sophrologue va utiliser des techniques de visualisations positives. Tout au long des séances, la personne va ainsi réactiver et développer ses capacités afin de prendre conscience de son potentiel et de le développer. Cette prise de conscience  permet de mettre en action les solutions nécessaires et durables pour résoudre une problématique donnée. La personne apprend à s’écouter et à être plus en cohérence avec son environnement, ses ressources et ses valeurs. Qui plus est, la pratique de la sophrologie favorise la prise de recul et le lâcher-prise, laissant ainsi beaucoup moins de prise au stress, quelle que soit son origine. Lors d’un accompagnement en sophrologie, le/la sophrologue fait en sorte que la personne devienne autonome dans sa pratique en acquérant des outils qu’elle pourra utiliser quand le besoin s’en fait sentir. Pour qui ? La sophrologie s’adresse à tous sans limitation d’âge ou de condition physique :
enfants, adolescents, adultes & seniors. Comment se déroule une séance de sophrologie ? La sophrologie se pratique en séance individuelle ou en groupe. Chaque séance dure une heure à une heure quinze, sauf pour les enfants (45 minutes). Elle se pratique debout ou assis et aucune tenue vestimentaire particulière n’est requise. Un accompagnement en sophrologie doit être personnalisé en fonction de la demande de chacun. Chaque séance débute par un temps d’échange permettant de faire un point. Ce temps est suivi par la pratique des exercices. La séance se termine par un nouveau temps d’échange visant à apprécier ce qui s’est passé au cours de la pratique. Quelles sont ses applications ? Les applications de la sophrologie sont multiples. Dans le cadre du développement personnel, elle peut aider à : la gestion des émotions, l’amélioration de la confiance en soi, du bien-être, de la concentration, de l’apprentissage. Elle est également utilisée pour la mise en action des projets de vie ou la gestion des passages difficiles (deuil, divorce, déménagement, etc.) En terme de préparation mentale, elle est un outil efficace pour l’accompagnement à l’accouchement (en complément de la préparation à l’accouchement pratiquée par une sage-femme), la préparation aux examens ou aux épreuves sportives. Pour les personnes malades, la sophrologie ne doit absolument pas se substituer à un traitement médical. Par contre, elle peut être un excellent soin de support en permettant de remettre la personne dans une dynamique positive, l’aidant ainsi à faire face à la maladie et à mieux accepter des traitements parfois très lourds. La sophrologie peut donc être utilisée pour toutes les maladies pour lesquelles le stress et/ou l’anxiété sont des facteurs favorisants : maladies dermatologiques (telles que le psoriasis et l’eczéma atopique), maladies du système digestif (ulcère, intestin irritable), l’asthme… La sophrologie permet d’accompagner les personnes confrontées au cancer dès l’annonce du diagnostic et jusqu’à la fin des traitements. Elle peut aider à diminuer la fatigue, mieux gérer les effets secondaires des traitements et garder le moral. Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’article suivant : " La sophrologie pour mieux vivre le cancer " La sophrologie peut contribuer à une meilleure habituation aux acouphènes et elle aidera à dissiper les symptômes secondaires associés tels que stress et tensions musculaires des régions périphériques (cou, trapèzes mâchoires…). Dans son plan d’amélioration de la prise en charge de la douleur (2006-2010), le Ministère de la Santé mentionne la sophrologie comme une technique non médicamenteuse de prise en charge de la douleur, particulièrement lorsque celle-ci est chronique.  Est-ce remboursé par la Sécurité sociale ? Non mais de plus en plus de mutuelles prennent les séances de sophrologie en charge. Comment choisir son/sa sophrologue ? A ce jour, la loi n’impose pas de diplôme ou de formation pour exercer le métier de sophrologue. S’adresser à un sophrologue titulaire d’une certification professionnelle RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles), dont le niveau de qualification est reconnu par l’Etat, est une garantie que le processus pédagogique qu’il a suivi lui confère un certain niveau de qualification. Le bouche-à-oreille est également un excellent moyen pour identifier un bon praticien. Quelque soit la façon dont vous identifiez votre sophrologue, il est primordial que vous vous sentiez en confiance avec lui/elle. Et si  on essayait ? Rien de mieux que de pratiquer un exercice de sophrologie pour mieux comprendre ce que cela nous procure ! En position debout, pieds écartés de la largeur du bassin, redressez votre dos, abaissez les épaules bras relâchés le long du corps. Gardez la tête droite et fermez les yeux. Inspirez profondément par le nez en laissant le ventre se soulever (les épaules doivent restées abaissées) et en serrant les poings. Retenez votre respiration et effectuez des haussements d’épaules de haut en bas, comme pour dire « je m’en fiche ». Puis soufflez fortement par la bouche en relâchant les poings et en arrêtant les mouvements d’épaules. Reprenez une respiration naturelle ; prenez le temps d’observer et d’écouter vos sensations. Recommencez cet enchaînement deux fois (3 enchaînements en tout). Excellent pour dénouer les épaules mais aussi pour évacuer ses contrariétés !               Pascale SOTO, Pharmacien Sophrologue certifiée, titre inscrit au RNCP Formatrice en Sophrologie Praticienne en Hypnose Clinique Ericksonienne Antibes - Le Rouret www.sophrologie-antibes.fr     
Que choisir au petit déjeuner ?  Nous le savons tous, prendre un petit déjeuner est primordial pour bien démarrer la journée afin de rompre le jeûne nocturne et apporter l’énergie nécessaire pour les activités à venir. Le petit déjeuner représente 20 à 25% des apports énergétiques quotidiens selon présence d’une collation ou non. Idéalement, il doit être composé : d’une boisson chaude ou froide pour permettre la réhydratation de l’organisme, d’un produit céréalier qui apportera de l’énergie sur du long terme, d’un produit laitier afin d’apporter des protéines pour la satiété et du calcium pour les os, d’un fruit pour l’apport en fibres,  vitamines et minéraux, +/- une matière grasse qui apportera des lipides pour les membranes cellulaires, +/- un produit sucré pour fournir de l’énergie immédiate et pour le plaisir. Le produit céréalier est une composante essentielle du petit déjeuner : il est source de glucides complexes, c’est lui qui permet d’éviter les coups de fatigue de fin de matinée et qui apporte l’énergie permettant d’exercer tout travail physique et intellectuel. Mais alors que choisir parmi les différents produits distribués par les industries agro-alimentaires ? Les étals des supermarchés proposent un large choix de produits alimentaires pour petit déjeuner, alors comment s’y retrouver et être certain de choisir le produit céréalier idéal d’un point de vue nutritionnel ? Le pain de mie, qu’il soit blanc ou complet, avec ou sans croûte, est très apprécié par les consommateurs et est souvent utilisé en remplacement du pain. Il en est de même pour la biscotte qui en fait craquer plus d’un !! Mais, ces aliments utilisés communément au petit déjeuner sont à distinguer d’un point de vue nutritionnel. Alors que le pain est fabriqué simplement à partir d’eau, de farine, de levure ou de levain et de sel, il est ajouté pour la fabrication du  pain de mie et des biscottes, des matières grasses (beurre ou huile), du sucre, du lait, des additifs alimentaires et des conservateurs. Le pain de mie complet est certes riche en fibres mais contient tout autant de matières grasses et de sucre. L’ajout de ces substances va donc modifier la valeur calorique. Ainsi, pour 100g d’aliments, il faut compter 260 kcal pour le pain, 280 kcal  pour le pain de mie et 420 kcal pour les biscottes. En pratique, rien ne vaut donc le pain de votre boulanger !!! Et préférez si possible les pains spéciaux tels que le pain aux céréales, au seigle ou complet à la baguette blanche.  
La grippe, qu’est-ce que c’est ?  La grippe (ou influenza) est une maladie causée par un virus qui s'attaque au système respiratoire. Elle se répercute sur tout l'organisme. Elle dure normalement de 3 à 7 jours.  Le virus subit constamment de nouvelles mutations. C’est pourquoi on peut attraper une nouvelle grippe chaque année. Les vaccins doivent être renouvelés pour s’adapter aux nouvelles variantes du virus. Elle est souvent considérée comme bénigne, cependant la grippe peut entraîner des complications graves, voire des décès, chez les personnes fragiles.  En France, la grippe touche chaque année entre 2 et 8 millions de personnes au cours de l'automne et de l'hiver. Cette année la grippe est particulièrement virulente et contagieuse.  Comment la grippe se transmet-elle ? La transmission du virus suit le processus suivant : une personne contaminée projette des gouttelettes de salive dans l’air, en parlant, en toussant ou en éternuant, des millions de virus se retrouvent alors dans l’air, avant d’être inhalés par d’autres personnes qui seront contaminées à leur tour et ainsi de suite ; la contamination peut également se faire par le biais des mains et d’objets souillés par des gouttelettes de salive. Les symptômes et le diagnostic de la grippe Après la contamination par le virus de la grippe saisonnière, la maladie se déclare sous 48 h en moyenne.
La grippe saisonnière se manifeste par un début souvent brutal, avec : une forte fièvre (autour de 39 °) ; une fatigue intense; des douleurs musculaires (courbatures) et articulaires diffuses ; des maux de tête (céphalées) ; puis une toux sèche. En cas de symptômes consultez votre médecin traitant.  Les recommandations du Pôle Santé Saint Jean : Ces conseils sont valables pour la personne grippée et pour toute personne à son contact proche en sachant que les contacts rapprochés sont à encadrer soigneusement tant que la personne présente les symptômes de la grippe : Port d’un masque en cas de fièvre et de toux et éviter de se toucher les yeux, la bouche ou le nez, qui sont des portes d'entrée du virus. (Vous pouvez vous en procurer dans votre pharmacie). Se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir en papier lors d’un éternuement ou d’un accès de toux. Jeter les mouchoirs dès la fin de leur usage dans une poubelle recouverte d’un couvercle. En l’absence de mouchoir, éternuer ou tousser au creux de son coude. Se laver les mains dès la fin de ces gestes et plusieurs fois par jour, avec une solution hydro-alcoolique. Ces gestes simples peuvent vous éviter d'être transmetteur ! Si vous êtes malade, pensez aux autres et rompez la chaine de la transmission !!  (Source : http://www.ameli-sante.fr)  (Recommandations : Pôle Santé Saint Jean)
Il y a les visites de contrôle chez le gynécologue, le choix de la maternité, la préparation de la valise, le choix du prénom, celui de la taille des vêtements de bébé, ce tourbillon à 100 à l’heure que tous les futurs parents traversent à leur manière et qui alimentent leurs conversations avec l’entourage. Et puis, dans l’intimité, il peut exister des peurs, des doutes et des questions sans réponses immédiates sur cette nouvelle vie qui se profile. Parfois même, c’est cette naissance à venir qui sera envisagée mille et une fois, balayant tous les scenarios possibles et imaginables jusqu’à cette conclusion inévitable : « Nous verrons bien ! ». Les histoires de naissance sont aussi variées qu’il y a de parents et d’enfants. Pour la rubrique « Pas Si Sages ! », Amandine, une jeune maman ayant accouché au Pôle Santé Saint Jean, a accepté de partager son vécu du moment en toute bienveillance pour les futurs parents qui la liront. Un témoignage authentique, adressé à son enfant…   « C'était un mardi, le 16 août 2016, lendemain de jour férié, comme pour ma propre naissance,  le 15 juillet.  Cela faisait 8 mois et 27 jours que nous t'attendions et il nous tardait de savoir si tu étais une petite fille ou un petit garçon. Les contractions ont débuté à 2h du matin, mais nous ne sommes allés à la clinique qu’à 9h. Après examen, la sage-femme nous a dit que tu n'étais pas tout à fait prête à sortir, mais nous sommes tout de même restés sur ses conseils, par sécurité. Après les formalités administratives et un nouvel examen, nous avons été dirigés vers la salle d'accouchement, car entre temps le travail avait enfin commencé. L'attente a alors débuté. C'est donc bien le jour le plus long : entrée à 11h dans la salle de naissance, tu n'as pointé le bout de ton nez qu'en fin d'après-midi. Lorsqu'à 16h la sage-femme m'a annoncé que j'allais devoir pousser d'ici une demi-heure, j'ai commencé à paniquer ! Je disais à ton papa " Mais je sais pas faire moi, j'ai jamais poussé, et si je poussais mal ?! " Bien-sûr, il était là pour me rassurer et une demi-heure plus tard, j’ai poussé. Tu as voulu sortir par l'oreille ! L'obstétricien a dit que tu étais " transposée " et a du manœuvrer pour t’aider à te remettre en place. A 17h03, tu es venue au monde… Nous nous étions préparés à voir un bébé fripé, avec peut-être une couleur bizarre, puisqu'on nous avait prévenu que les bébés ne sont pas particulièrement beaux à la naissance. Mais quand tu es apparue, tu étais magnifique… La première chose que j'ai vu, c'est que tu étais une fille. C'est donc toi, Maëlle, qui étais cachée dans mon ventre pendant tout ce temps. Je me suis dit : " Zut, ton papa avait raison " ! Depuis la première écho, il était persuadé que tu étais une fille. J'allais en entendre parler !  Et puis j'ai réalisé… "J'ai une fille ! ".  Et comme tu étais belle ! Tu n'étais pas du tout fripée ! Ta peau était déjà rose et lorsque l'on t'a posé sur moi, je t'ai trouvé grande ! Je disais à ton papa " Comment tenait-elle dans mon ventre ? Elle est si grande ! ".  Et effectivement, 53 cm, c'est plutôt pas mal ! Nous sommes restés là plus de deux heures, en peau à peau, après que la sage-femme t'ait pesée et mesurée. Lorsqu'elle nous a demandé comment s’épelait ton prénom, ton papa n'a pas pu répondre ! Il était si ému, qu'il n'arrivait plus à parler. C'était bien la première fois que je le voyais comme ça et pourtant, depuis le début de la journée, c'est lui qui avait géré toutes les demandes.  Nous t'avons donc admirée pendant ces deux heures… Tu étais sage, tu n'as pas beaucoup pleuré à ta naissance. Tu étais blonde aux yeux bleus, tu l'es toujours d'ailleurs. Puis nous sommes montés en chambre. C'est ainsi que s'est déroulé le 1er jour du reste de notre vie... ». Merci chère Amandine pour ce témoignage qui réchauffe le cœur et qui adoucira peut-être les rêves des futurs parents…     TESTIMONY " The day you were born ..."   There are the visits to the gynecologist, the choice of maternity, the preparation of the suitcase, the choice of first name and the size of baby clothes… A whirlwind that all future parents cross in their own way and that will feed their conversations with the entourage. And then, in intimacy, there can be fears, doubts and questions without immediate answers on this new life that is looming. Sometimes even, it is this birth to come that will be considered a thousand and one times, sweeping all possible scenarios until this inevitable conclusion: " We shall see ! ". The stories of birth are as varied as there are parents and children. For the blog " Pas Si Sages ! ”, Amandine, a young mother who gave birth at the Pôle Santé Saint Jean, agreed to share her experience of the moment with kindness for the future parents who will read it. An authentic testimony, addressed to her child...   " It was a Tuesday, August 16, 2016, the day after the public holiday, as for my own birth, on July 15th. It was 8 months and 27 days that we were waiting for you and we were longing to know if you were a little girl or a little boy. The contractions started at 2am, but we only went to the clinic at 9am. After an aexamination, the midwife told us that you were not quite ready to go out, but we still stayed on her advice, for safety. After the administrative formalities and a new examination, we were directed to the delivery room, because in the meantime the labor had finally begun. The wait began. It is therefore the longest day: entrance at 11am in the room of birth, you pointed the end of your nose only late afternoon. When at midday the midwife told me I would have to push half an hour later, I started to panic! I said to your dad " But I do not know how to make, I never pushed, and if I was pushing badly ! " Of course, he was there to reassure me and half an hour later I pushed. You wanted to go out by the ear! The obstetrician said that you were "transposed" and had to maneuver to help you get back into place. At 17:03, you came into the world ... We were prepared to see a baby wrinkled, perhaps with a bizarre color, since we had been warned that babies are not particularly beautiful at birth. But when you appeared, you were beautiful ... The first thing I saw was that you were a girl. So it was you, Maëlle, who was hidden in my belly all this time. I said to myself, " Hey, your dad was right! ". Since the first ultra sounds, he was convinced that you were a girl, I was going to hear about it ! And then I realized ... " I have a daughter! ". And how beautiful you were! You were not at all wrinkled! Your skin was already pink and when you were placed on me, I found you tall! I said to your dad, " How was she in my belly ? She's so big ! " And indeed, 53 cm, it's rather not bad ! We stayed there for more than two hours, skin-to-skin, after the midwife weighed and measured you. When she asked us how your name was spelled, your dad could not answer! He was so moved that he could not speak. It was the first time I saw him like that and yet, since the beginning of the day, he had managed all the requests. So we admired you during those two hours ... You were wise, you did not cry much at your birth. You were blonde with blue eyes and still are. Then we went upstairs. This is how the first day of the rest of our lives happened... ". Thank you dear Amandine for this testimony which warms the heart and which might soften the dreams of future parents ...