juin 2018

Le 22 juin 2018 est la Journée Nationale de Réflexion sur le don d’organes. À cette occasion, Irène ALLIONE, Présidente de FRANCE ADOT 06 répond aux questions que l'on se pose concernant le don d'organes :    Quel est le rôle de votre association ? FRANCE ADOT est la Fédération des Associations pour le Don d' Organes et de Tissus humains. Elle a pour mission d'informer et de sensibiliser le plus grand nombre à l'importance du don d’organes, de tissus humains et de moelle osseuse, dans le respect des valeurs éthiques.   Pourquoi est-ce important de donner ses organes ? Le don d’organes grâce à la greffe permet de sauver des vies. Les chiffres de 2017 (source ABM) parlent d’eux même : 23 828 personnes ont eu besoin d’une greffe et seulement 6 105 greffes d’organes ont été réalisées. Une personne par jour décède faute de greffon.   Quelles sont les conditions pour être donneur ? Il n’y a pas de conditions particulières pour être donneur d’organes, comme pour le don de moelle osseuse. Nous sommes tous des donneurs potentiels mais il faut décéder de mort encéphalique, c'est à dire de mort irréversible du cerveau, qui est un état rare (moins de 1% des décès).   Que dois-je faire si je souhaite être donneur ?  Aujourd’hui, la loi fait de chacun un donneur d’organes présumé. Tout le monde n’en a pas pris conscience, pourtant chacun est concerné. Il n’y a donc pas d’inscription sur un registre pour être donneur. Seul le Registre National des Refus consulté par le corps médical avant tout prélèvement, est légal. Mais il est important de prendre position de son vivant et d’en parler avec ses proches. La carte d’Ambassadeur a une valeur symbolique forte concernant votre position.   Est-ce qu’il y a un âge limite pour donner ses organes ?  Il n’y a pas de limite d’âge établie. Seul « l’âge » des organes, c’est-à-dire leur bon état, est pris en compte par le corps médical lors du prélèvement. Un tissu comme la cornée peut être prélevé post-mortem sur un donneur de 100 ans !   Le don d’organes est-il anonyme ?  L’anonymat est un principe éthique inscrit dans la loi. L’identité du donneur décédé n’est pas communiquée au receveur et réciproquement. Cependant, la famille peut être informée des prélèvements effectués et le receveur a la possibilité d’adresser un courrier anonyme par l’intermédiaire du service de coordination hospitalière.   Pour en savoir, plus rendez-vous sur https://www.france-adot.org