Blog Santé

J'adoooore les sushis ! Oui, mais est-ce très calorique ?  Le mot sushi vient de su "vinaigre", et shi "riz". Les sushis sont fabriqués majoritairement à base de riz japonais, de poisson cru et de vinaigre de riz mais aussi d’algues, de sel et de sucre. A cela, on ajoute pour l’assaisonnement le plus souvent de la sauce soja et/ou du wasabi. Analysons la valeur nutritionnelle de chacun de ces aliments :   Aliments  Valeurs nutritionnelles pour 100g d’aliment Analyse nutritionnelle Riz cuit 150 kcal Source de glucides complexes (=féculents) : apport d’énergie pour tout travail physique et intellectuel. Poisson    cru      - Saumon  - Thon  - Crevette  - Surimi 180 kcal  135 kcal  100 kcal  100 kca Source de protéines de haute qualité nutritionnelle qui permettent le renouvellement du tissu musculaire ; Source d’omégas 3, bons pour le fonctionnement du système cardio-vasculaire.   Vinaigre de riz  30 kcal Assaisonnement composé de sel et de sucre. Algues : Feuille de nori    35 kcal   Source de protéines végétales ; Richesse en fibres, vitamines et minéraux.   Sauce soja 45 kcal Attention teneur en sodium très élevée : 6260 mg soit 15.65g de sel !!! Contient également 6g de sucre/100 ml Wasabi 110 kcal Condiment japonais obtenu à partir de la racine de la plante wasabi transformée en pâte verte. C’est l’équivalent de notre moutarde occidentale. Une petite quantité suffit. Source de fibres, antioxydants, minéraux et vitamines.   En fonction des sushi, on peut retrouver différents ingrédients comme l’avocat, le concombre, le fromage à tartiner, mais aussi de l’huile de tournesol, de la mayonnaise, des oignons frits et des additifs… L’apport calorique d’un sushi va donc dépendre de plusieurs paramètres : ingrédients présents,  taille du sushi et poisson utilisé (le saumon et le thon sont plus riches que la crevette ou le surimi par exemple). En moyenne, il faut compter environ 50 kcal pour un sushi soit 300 kcal pour 6 sushis. Mais attention car le plus souvent, les restaurants japonais en vogue proposent des menus à volonté et une assiette est composée de 24 sushis soit 1200 kcal par plat. Et si vous en redemandez, il faut alors compter 2400 kcal, ce qui représente quasiment la totalité des besoins énergétiques quotidiens d’un individu bien-portant (Besoins nutritionnels moyens quotidiens pour la femme 2180 kcal et pour l’homme 2730 kcal). D’un point de vue nutritionnel, les sushis ont une densité nutritionnelle intéressante de par leur apport en féculents, en protéines d’origine animale et en oméga 3 mais attention leur teneur en sucre et en sel est non négligeable, surtout si vous les aimez assaisonnés de sauce soja. Afin de les intégrer dans le cadre d’une alimentation équilibrée, il conviendra donc de ne pas être trop gourmand en maîtrisant la quantité des sushis ingérés et de les accompagner d’une portion de légume, puis d’un produit laitier et d’un fruit frais. Bon appétit ! 
Ce mois-ci, le sevrage tabagique est mis à l’honneur : pourquoi ? Parce que le tabac tue, il entraine jusqu’à 73 000 décès par an en France (1ère cause de décès évitable), et qu’en parler est déjà un pas vers l’arrêt. Le plus toxique dans une cigarette n’est pas la nicotine qui est responsable de l’addiction, mais la combustion avec l’inhalation de monoxyde de carbone, de goudrons, ainsi que les nitrosamines et certains métaux lourds (cadmium, polonium 210, mercure, plomb). La feuille de tabac n’est pas facile à cultiver et nécessite après séchage un traitement particulier : c’est pourquoi, on y trouve des insecticides, des fertilisants, des solvants et des détergents. Et je ne vous parlerai pas des agents de texture, des agents de sapidité et des conservateurs … Fumer n’est pas avoir un comportement écologique !  Les risques liés au tabac sont multiples.  Tout d’abord, de part l’inhalation de la fumée, les conséquences sont ORL (dysplasie, cancer, rhinite chronique, inflammation des cordes vocales, perte du goût et de l’odorat) mais aussi broncho-pulmonaires (cancer bronchique, broncho-pneumopathie chronique obstructive, emphysème pulmonaire, insuffisance respiratoire).  Ensuite, fumer augmente le risque de pathologies cardiovasculaires : l’infarctus du myocarde, mais aussi l’hypertension artérielle, l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs, les accidents vasculaires cérébraux. Les mécanismes sont multiples : atteinte de la vasomotricité des artères avec spasme, augmentation de la viscosité sanguine et de l’agrégation plaquettaire mais aussi augmentation de l’inflammation avec déstabilisation des plaques d’athérome.  Enfin tous les organes sont touchés : l’appareil digestif (cancer de l’œsophage, gastrite, cancer de l’estomac, cancer du pancréas …) l’appareil urinaire (cancer du rein, cancer de la vessie), la peau et les phanères (ongles cassants, cheveux ternes), la vision (DMLA)… le risque de stérilité est plus important chez les fumeurs. Et encore, la liste n’est pas exhaustive.  En tout cas, le fumeur sait que la cigarette n’est pas bonne pour sa santé, et malgré tout, il ne peut s’empêcher d’en griller une, parce que la nicotine entraîne une addiction qui est bien plus importante que le cannabis et d’autres drogues. Arrêter de fumer : ce n’est pas facile.  Alors comment faire pour arrêter ?  Tout d’abord, il faut être motivé et souvent il faut un petit coup de pouce : se faire « coacher » et trouver une substitution qui permettra à court, moyen ou long terme un sevrage tabagique complet. La thérapie cognitivo-comportementale permet de donner au patient les outils pour se sevrer et ne pas rechuter : l’addiction entraine une dépendance psychique et comportementale qui persiste des dizaines d’années après l’arrêt. Le tabacologue va ainsi informer, conseiller, écouter et orienter le patient. Il peut aussi lui prescrire des substituts nicotiniques en les associant si nécessaire (patchs, comprimés à sucer, gommes, inhaleurs), substituts qui sont remboursés sur ordonnance à hauteur de 150 euros/an/patient depuis le 1er novembre 2016. Il ne faut pas oublier que la cigarette électronique peut être une alternative à une aide au sevrage en diminuant progressivement la concentration en nicotine des cartouches (16-18 ng/mL à 6-8 ng/mL).  Enfin la prévention a pris de plus en plus d’ampleur ces dernières années avec l’interdiction de fumer dans certains lieux collectifs mais aussi avec l’obligation pour les cigarettiers de se confronter au conditionnement neutre à partir de janvier 2017.  Au final, beaucoup de progrès ont été faits, en particulier pour le tabagisme passif mais il est évident que nos patients vont subir encore pendant de nombreuses années les conséquences de cette industrie.   Docteur Sabine Marco Roucayrol, onco-pneumologue au Pôle Santé Saint Jean 
Movember est un mouvement né en Australie en 2003. Son nom vient de la contraction de Moustache et November. Deux amis, Travis Garone et Luke Slattery, décident de lancer un appel aux dons pour la recherche contre le cancer de la prostate. Pour les sensibiliser,  ils proposent aux donateurs de laisser pousser leur moustache un mois durant, afin de créer un dialogue autour de la santé masculine. Nos deux compères avaient constaté qu’en moyenne en Australie : les hommes meurent six ans plus jeunes que les femmes.  D’après l’Institut National du Cancer, en 2016, en France, le cancer de prostate se situe au premier rang des cancers chez l’homme, nettement devant les cancers du poumon et du rectum. Aujourd'hui, on déplore 53465 nouveaux cas par an en France, dont 8000 à 9000 décès par cancer de prostate. Dans le monde, son incidence est proche de 100 pour 100 000.    La moustache, prétexte au dialogue Les hommes arborant la moustache pendant November sont appelé les Mo Bros (contraction de mo et brother). Ils sensibilisent leurs proches au dépistage du cancer de prostate, et incitent à faire des dons à la fondation November. Dans les pays anglos saxons, la gestion de la moustache fait appel à un rituel bien précis. Il ne faut pas se raser les jours précédents Novembre et ensuite laisser juste un petit duvet au niveau de la lèvre supérieure façon années 30 ou Charleston. Cette moustache, fournie façon hipster, a été conçue et réfléchie pour être volontairement démodée ! Selon les régions la taille de la moustache peut être l’occasion d’événements festifs notamment en Irlande et en France ou de nombreux barbiers proposent une taille gratuite de votre nouvel attribut masculin.   Que dire à vos proches concernant le Dépistage ? Le cancer de la prostate est devenu le cancer le plus fréquent et la deuxième cause de mortalité par cancer chez l'homme. Ce problème de santé publique devient de plus en plus important du fait de l'augmentation de la durée de vie.  Actuellement, 1 homme sur 8 a un risque de découverte d'un cancer de la prostate au cours de sa vie.  Le cancer de la prostate représente 25 % de l'ensemble des nouveaux cas de cancers masculins. Le dépistage du cancer de la prostate a pour objectif la détection du cancer prostatique à un stade précoce et asymptomatique. Il peut avoir lieu chez le médecin traitant ou chez un urologue. L'Association Française d'Urologie recommande le dépistage du cancer de la prostate par le dosage du PSA (Antigène Prostatique Spécifique) et un toucher rectal tous les ans entre 50 et 75 ans. S'il existe un risque familial ou ethnique, le dépistage régulier est nécessaire dès 45 ans. Le toucher rectal est obligatoire, il ne faut pas se baser uniquement sur le PSA car certains cancers de prostate n’en sécrètent pas. Si le PSA total est au-dessus de la valeur normale du test ou si le toucher rectal est anormal, consultez un urologue. Plus le diagnostic du cancer est fait tôt, plus les chances de guérison du patient sont élevées. Aucun dépistage de masse du cancer de la prostate n’est organisé par les autorités sanitaires. Le dépistage est individuel, ce qui signifie que le patient et son médecin doivent en avoir l’initiative. Aujourd’hui, beaucoup d’idées reçues convergent autour du cancer de la prostate, mais gardez à l’esprit que pris à temps, il n’affectera en rien votre durée et qualité de vie. Une mission : convaincre vos proches concernés à venir consulter, et.. à vos moustaches !!! Frédéric OBADIA, Chirurgien urologue  Pôle Antibes Saint Jean 
Stéphanie, notre diététicienne, vous propose une nouvelle recette santé pour Halloween. La mousse au chocolat en tête de citrouille. Un dessert pour Halloween original et diaboliquement délicieux  !!! Ingrédients pour 4 personnes : 4 oranges 4 œufs 250g de chocolat noir pâtissier Préparation : Les oranges : Couper le dessus des oranges et garder le « chapeau » Tailler légèrement le dessous de l’orange pour lui permettre de tenir debout Evider la pulpe avec un couteau et une cuillère Halte au gaspillage : Réserver la pulpe pour en faire un jus de fruit qui sera servi avec la mousse au chocolat ! Dessinez les yeux, le nez et la bouche sur l’orange à l’aide d’un feutre noir (vous pouvez utiliser un marqueur à pâtisserie) Pour les plus patients, vous pouvez découper avec un couteau les yeux, le nez et la bouche dans la peau de l’orange   La mousse au chocolat : Faire fondre le chocolat au bain marie Y incorporer les jaunes d’œufs préalablement séparés de leurs blancs Battre les blancs en neige de manière à obtenir une mousse bien ferme Incorporer délicatement la mousse de blancs d’œufs au mélange de chocolat fondu et jaune d’œuf jusqu’à obtention d’un mélange homogène. Verser la préparation dans les oranges, recouvrir avec le chapeau de l’orange. Réserver au frais et à consommer rapidement !   Les petits plus de Stéphanie  Valeurs nutritionnelles moyennes pour 100g d’aliments : orange : 50 kcal œuf : 140 kcal chocolat noir pâtissier : 520 kcal Le + diététique : l’orange est riche en vitamine C, est source de vitamine B9 et contient une teneur en polyphénols intéressante d’où son action anti-oxydante. les œufs sont les aliments protéiques de référence. Ils représentent une excellente source de protéines de haute qualité nutritionnelle et contient des teneurs en vitamine A et D intéressantes. le chocolat noir est riche en minéraux notamment en potassium, phosphore et magnésium. Le chocolat contient également du tryptophane, acide aminé précurseur de la sérotonine, neuromédiateur jouant un rôle dans la régulation de l’anxiété. Info + : les chocolats allégés ne présentent pas des valeurs nutritives intéressantes (sauf pour les patients diabétiques) En effet, l’allégement porte sur le sucre mais est souvent compensé par un ajout de matières grasses supplémentaire et d’un point de vue calorique, il n’y a donc pas de différence.  
C’est Halloween ! Les sorcières, les vampires et les zombies arrivent dans vos assiettes et font trembler petits et grands ! Stéphanie Nucéra, diététicienne au Pôle Santé Saint Jean, vous propose ses recettes santé pour profiter d'halloween en famille et entre amis !  Alors tous à vos tabliers pour préparer le repas de la peur ! Cocktail sans alcool aux yeux de vampire  Ingrédients pour 6 personnes : une boîte de litchis au sirop une grappe de petits grains de raisins noirs 1,5 L de jus de cranberry sans sucre ajouté Préparation : Egouttez et rincez les litchis pour éliminer le sirop, Rincez le raisin noir, Glisser un grain de raisin dans chaque litchi : vous allez obtenir des yeux ! Déposer les yeux dans une grande carafe et y verser le jus de cranberry sans sucre, Réserver au frais une heure, Vous obtenez un cocktail terrifiant à consommer sans modération !! Les petits plus de Stéphanie   Valeurs énergétiques : Le litchi apporte en moyenne 70 kcal pour 100g (sachant qu’un litchi pèse en moyenne 11g soit 8 kcal). Le raisin noir apporte en moyenne 62 kcal pour 100g (sachant qu’un grain pèse environ 4g soit 2.5 kcal et une grappe environ 320g soit 200 kcal). Un verre de 250ml de jus de cranberry sans sucre apporte 120 kcal. Le + diététique : Le litchi et le raisin noir sont riches en vitamine C et en vitamine B9. Ils ont  également une teneur intéressante en vitamine B6. Le raisin noir contient, en outre, du potassium mais aussi des polyphénols qui sont des substances à effet antioxydant. La canneberge (ou cranberry) est un fruit utilisé en phytothérapie pour agir en prévention des infections urinaires et a un pouvoir antioxydant élevé.      

Pages