grossesse

LE SAVIEZ-VOUS ? UNE SAGE-FEMME PEUT ASSURER VOTRE SUIVI GYNÉCOLOGIQUE. Si vous êtes en bonne santé, la sage-femme peut réaliser votre suivi gynécologique de prévention. Quel que soit votre âge, vous pouvez consulter une sage-femme, que vous ayez eu ou non des enfants.    SUIVI GYNÉCOLOGIQUE Consultation gynécologique de prévention avec un examen clinique complet (général et gynécologique). Dépistage des maladies sexuellement transmissibles. Prescription des bilans biologiques ou d’imagerie. Prise en charge de certaines affections gynécologiques de gravité modérée (mycoses,…). Réalisation des frottis cervico-vaginaux et prélèvements vaginaux. CONTRACEPTION Prescription de l’ensemble des moyens contraceptifs, à savoir : Les contraceptifs locaux et hormonaux y compris la contraception d’urgence. Les contraceptifs intra-utérins, les diaphragmes et les capes. Ces prescriptions peuvent concerner les patientes mineures avec au préalable, le consentement des titulaires de l’autorité parentale. Les sages-femmes peuvent également assurer : La pose, la surveillance et le retrait du diaphragme ou de la cape. L’insertion, la surveillance et le retrait de contraceptifs intra-utérins. GROSSESSE Déclaration de grossesse et suivi jusqu’à l’accouchement. Préparation à l’accouchement et à la parentalité. Prescription des vaccins de la femme, de son entourage et de son enfant. Prescription des substituts nicotiniques de la femme et de son entourage proche pour le sevrage tabagique. Rééducation du périnée.
Le tabac est la 1ère cause de mortalité évitable en France. La lutte contre le tabagisme est une priorité de santé publique.  Toutes les mamans et futures mamans le savent : fumer pendant la grossesse est « mauvais » pour la santé de l’enfant à naitre. Les statistiques nous montrent que 80% des fumeuses arrivent à arrêter de fumer en début de grossesse. Il nait pour ces femmes une réelle prise de conscience du danger du tabac pour elle et pour leur bébé. La grossesse est vue par ces dernières comme une opportunité à ne pas rater pour arrêter de fumer. 1 femme sur 5 continue malgré tout à fumer pendant la grossesse, pour la plupart en réduisant le nombre des cigarettes fumées. Ces femmes ont besoin d’un accompagnement spécialisé et personnalisé afin d’arrêter totalement. C’est une erreur de croire qu’il est préférable de s’autoriser quelques cigarettes par jour, plutôt que de risquer d’être stressé par l’arrêt total du tabac. Les conséquences sur la grossesse et sur le fœtus sont élevées et le rôle de prévention des professionnels de santé de 1er recours (Obstétriciens, généralistes et sages-femmes) est fondamental pour ces mamans. Les bénéfices de l’arrêt du tabac sont importants à la fois pour l’enfant et la maman. L’objectif n’est pas de culpabiliser les futures mamans mais de les informer. Les conséquences du tabac pendant la grossesse peuvent être les suivantes : Grossesse extra-utérine Fausses couches spontanées Saignement vaginal Mauvaise position du placenta, décollement prématuré du placenta, hématome rétro  placentaire Rupture prématurée des membranes et accouchement prématuré Retard de croissance in utéro avec un poids de naissance moyen plus faible du bébé (les enfants nés de fumeuses pèsent 200 grammes de moins que les enfants nés de non fumeuses) Augmentation des complications à l'accouchement pour le bébé et pour la maman Augmentation du risque du Syndrome Mort Subite du Nourrisson (multiplié par 3) Diminution de production de lait maternel Quelles méthodes pour vous aider à arrêter de fumer ? Il n’est jamais trop tard pour décider d’arrêter de fumer et plusieurs méthodes s’offrent à vous : traitements nicotiniques substitutifs, entretien motivationnel, hypnose, acupuncture.  Arrêter le tabac est possible pour chacune d’entre vous, avec un encadrement personnalisé. N’attendez plus pour en parler à votre médecin ou sage-femme.
La vitamine B9, appelée aussi « acide folique » ou « folates » est l’amie du fœtus ! A quoi sert la vitamine B9 ? D’une façon générale, elle participe à la synthèse de certains constituants de l’ADN et de l’ARN, d’acides aminés et de neuromédiateurs qui jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement du système nerveux. Elle joue aussi un rôle dans la prévention des maladies cardio-vasculaires. Chez la femme enceinte, la vitamine B9 est essentielle au bon développement du système nerveux et immunitaire du fœtus : elle prévient les malformations du tube neural de l’embryon et permet ainsi de réduire de manière significative les risques d’un retard de croissance ou de certaines malformations chez le bébé à naître.   Dans quels aliments trouve-t-on la vitamine B9 ? Plus de la moitié de l’apport quotidien provient des légumes et des fruits (car ce sont les aliments les plus courants dans notre alimentation quotidienne), mais aussi des foies d’animaux, des œufs, des légumes secs, du pain, des céréales complètes et des fromages*.   Quelques chiffres : Aliments Apports en ug/100g d’aliments Levure alimentaire 2500 Foie de veau 400 Foie d’agneau 300 Cresson 215 Jaune d’œuf 130 Epinards, brocolis, mâche 110 Camembert Brie 100 60 Asperges 80 Pois chiches 65 Pommes de terre 55 Poireaux, haricots verts 50 Fruits 40 Pain 30 *Attention, lors de la grossesse, la consommation de produits laitiers à base de lait cru et des croûtes de fromage est déconseillée pour éviter tout risque de contamination par la listeria (micro-organisme responsable de la listériose, maladie bactérienne pouvant provoquer un avortement spontané) Quels sont les apports nutritionnels conseillés ? Les apports nutritionnels sont différents selon la tranche d’âge ou l’état physiologique de l’individu. Chez la femme enceinte, les besoins en folates sont de 400ug/jour (contre 300ug chez la femme adulte non gestante) Quels sont les risques liés à une carence en vitamine B9 ? Une carence en vitamine B9 pendant la grossesse peut provoquer un avortement spontané, un retard de croissance intra-utérin, une naissance prématurée ou une malformation du tube neural. C’est pourquoi bien qu’elle soit suffisamment présente dans l’alimentation, les médecins préconisent une complémentation en vitamine B9 aux femmes envisageant une grossesse ou dès la connaissance de la grossesse et pendant les 2 premiers mois de la gestation. Pas d’automédication : n’achetez pas de compléments alimentaires sans en parler à votre médecin. En plus des folates, ils peuvent contenir d’autres vitamines ou oligo-éléments dont la consommation en quantité élevée est contre-indiquée. Un petit défi ? Essayez de composer vous-même les repas pour une journée* en essayant de couvrir les besoins en folates (400ug/jour) pour le développement optimal de votre bébé ! *Le rythme alimentaire de la femme enceinte est basé sur 3 repas principaux (petit déjeuner, déjeuner et dîner) et 1 collation à 16h.   Et n’oubliez pas, enceinte on ne mange pas pour deux, mais on mange deux fois mieux !!!