CANCER DU VAGIN

GÉNÉRALITÉS

Les cancers du vagin représentent moins de 1% des cancers gynécologiques et sont principalement des cancers de la femme adulte âgée, le pic d'incidence se situant entre 60 et 70 ans. 

 

DIAGNOSTIC

Le symptôme principal est le saignement en dehors des règles, en particulier après les rapports sexuels. D’autres symptômes peuvent également apparaître, comme les douleurs pendant les rapports, les douleurs au ventre ou des symptômes urinaires si la maladie est avancée et touche la vessie.

Le diagnostic se pose après :

  • un examen clinique gynécologique avec un prélèvement (biopsie), parfois réalisé sous anesthésie générale,
  • une IRM pelvienne,
  • et éventuellement un TEP-scan en cas de tumeur localement avancée.

Les facteurs de risque liés au cancer du vagin sont les mêmes que pour le cancer du col utérin :

  • l’infection par le papillomavirus (HPV) 
  • l’infection par le VIH
  • le tabagisme 
 

TRAITEMENTS

Les traitements reposent sur la chirurgie et la radiothérapieLe traitement du cancer du vagin dépend de son stade.

Pour les cancers du vagin de stade précoce, les petites tumeurs de la partie supérieure du vagin sont traitées par chirurgie avec l’ablation de l’utérus, du vagin et des ganglions pelviens.

Si l’ablation totale du vagin est nécessaire, une chirurgie reconstructrice est réalisée. 

La radiothérapie est parfois utilisée après l’intervention chirurgicale.

 

LA RADIOTHERAPIE

Pour les cancers plus avancés, la radiothérapie est préconisée. Il s’agit généralement d’une combinaison de radiothérapie interne (implants radioactifs insérés dans le vagin : la curiethérapie) et de radiothérapie externe (application au niveau du pelvis depuis l’extérieur).

La radiothérapie ne peut pas être utilisée si des fistules se sont développées. Dans ce cas, tout ou une partie des organes du pelvis sont retirés. Ces organes comprennent les organes reproducteurs (vagin, utérus, trompes de Fallope et ovaires), la vessie, l’urètre, le rectum et l’anus. De nombreux facteurs déterminent les organes à retirer et l’étendue de l’ablation, comme l’emplacement du cancer, l’anatomie de la femme et ses envies après la chirurgie.