LA CHIRURGIE RÉPARATRICE ET RECONSTRUCTRICE

LA CHIRURGIE RÉPARATRICE ET RECONSTRUCTRICE

 

La reconstruction mammaire fait partie intégrante de la prise en charge thérapeutique du cancer du sein.

Beaucoup de femmes y ont recours après une chirurgie mammaire non conservatrice (ou mastectomie). 

Dès lors qu’une mastectomie est envisagée, un accès à l’information concernant la reconstruction mammaire doit être proposé.   

Parmi les diverses motivations qui peuvent conduire une femme à choisir une reconstruction mammaire, on peut trouver :

  • Le désir de combler la perte du sein, parfois vécue comme une mutilation 

  • L'envie de se sentir plus désirable et à l'aise dans son corps 

  • La volonté d'oublier ce qui rappelle le cancer du sein 

  • La possibilité de varier sa garde-robe, en particulier les soutiens-gorge.

Certaines femmes ne ressentent pas le besoin de reconstruire leur sein. Ce choix est personnel.

 

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE PEUT ÊTRE RÉALISÉE : 

  • soit de façon immédiate dans le même temps opératoire que la mastectomie : ce qui est en général proposé lorsqu’il n’est pas envisagé de radiothérapie complémentaire.

  • soit de façon différée, à distance de la mastectomie et des traitements nécessaires pour traiter le cancer, et notamment à distance de la radiothérapie.

La reconstruction mammaire se fait parfois en même temps que la chirurgie du cancer, on parle alors de reconstruction immédiate. Plus souvent, elle est réalisée après la fin des traitements, au cours d'une nouvelle intervention ; on parle cette fois de reconstruction différée.

Lorsqu'une radiothérapie doit être réalisée en complément de la chirurgie du cancer du sein, ou si la tumeur du sein est très volumineuse, la reconstruction est différée.

Dans d'autre cas, la patiente peut choisir le moment de la reconstruction qui lui semble le plus adapté. Il est alors nécessaire pour elle de prendre du temps pour réfléchir, discuter avec l'équipe soignante, poser toutes les questions qui la préoccupent et prendre sa décision en fonction des avantages et des inconvénients respectifs des deux solutions.

 

 Il existe deux principales méthodes de reconstruction mammaire, parfois associées : 

  • Les reconstructions utilisant un implant mammaire (prothèses mammaires internes en silicone).

  • Les reconstructions utilisant des tissus cutanés, graisseux ou musculaires provenant d'autres parties du corps (comme par exemple les reconstructions par lambeau abdominal ou par lambeau de muscle grand dorsal).​​

La reconstruction mammaire est le plus souvent associée à ce qu’on appelle la chirurgie de symétrisation qui concerne le sein non traité, dans le but d’obtenir le résultat le plus symétrique et le plus harmonieux possible pour la poitrine de la patiente. Il peut s’agir de chirurgie d’augmentation mammaire, de réduction mammaire ou d’une chirurgie visant à simplement « remonter » le sein.

Pour finir, la reconstruction du mamelon et de l’aréole sera envisagée si nécessaire.

Ainsi, il s’agit d’une prise en charge qui peut s’étaler sur plusieurs mois.

 

Le chirurgien présentera à la patiente l'ensemble des techniques de reconstruction dont elle pourra bénéficier.

 

 Le choix du type de chirurgie reconstructive dépend : 

  • De l'étendue de la chirurgie du cancer et de la quantité de tissu retirée du sein ;

  • Des traitements complémentaires (comme la radiothérapie qui peut engendrer des modifications de la qualité de la peau du thorax) ;

  • De la quantité de tissu disponible pour la reconstruction ;

  • De la santé du tissu dans la région à reconstruire ;

  • De la taille et de la forme de l'autre sein ;

  • De l'état de santé général de la patiente et de ses troubles de santé existants éventuels ;

  • De sa constitution corporelle ;

  • De ses préférences et de ses attentes.

 

>> Retrouvez ici les différents examens diagnostics du cancer du sein 

>> Retrouvez ici les différents traitements du cancer du sein 

>> Retrouvez ici les généralités sur le cancer du sein